Page Loading... please wait!

The page still does not show? Click here
 

.:: London Paradox - Index du Forum :: FAQ :: Rechercher
MembresMembres  GroupesGroupes  ProfilProfil  Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés  ConnexionConnexion   S’enregistrerS’enregistrer

L O S T ~ C'est si beau London, quand on s'abandonne...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    .:: London Paradox - Index du Forum -> .:: La terre sous les vagues [ H.R ] -> ~ Registre des protagonistes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lost
.:: Damné de Psycho


Hors ligne


Messages: 1
Inscrit le: 23 Sep 2007
Malédiction: Psycho
Âge: 12 ans
Lignée: Humain
Masculin Taureau (20avr-20mai) 馬 Cheval
Puissance Magique: 2
Moyenne de points: 2,00

MessagePosté le: Dim 23 Sep - 22:54 (2007)    Sujet du message: L O S T ~ C'est si beau London, quand on s'abandonne... Répondre en citant

I. IDENTITE :

  • Nom : Guðmundsdóttir
  • Prénom(s) : Isobel
  • Surnom(s) : Lost

  • Date de naissance : 14 Février 1995 à 23:00
  • Lieu de naissance : Timmonshire, Surrey, en Angleterre
  • Âge : 12 ans
  • Signe astrologique : Verseau

  • Sexe : XY ~ Sans contrefaçon, il est un garçon
  • Groupe sanguin : AB
  • Nationnalité : Britannique

  • Malédiction : Psychique
  • Race : Humaine


II. PHYSIQUE :
    Ouvrez lentement les yeux et laissez par votre pupille s'introduire la lumière. Que voyez-vous se dessiner sur votre rétine ? Une forme. D'abord diaphane puis une ombre semblable aux ombres chinoises se dressant timidement dans le petit jour qui trace les contours d'une silhouette fine et élancée, s'abîmant dans la contemplation du ciel où la lune esquive des lambeaux de nuages. L'ombre et la lumière se disputent la nuit. Cette silhouette gracile et délicate, éclairée par deux ou trois bougies, devient de moins en moins sombre au fur et à mesure que la clarté pénètre dans vos yeux. Une fée. Une poupée. Un végétal. Dans cette pièce, nul semble respirer et seul un silence règne. Si fragile qu'on lui tienne la main, l'improbable silhouette s'avance imprévue dans ce silence, au clair de lune, au clair de terre. La lune sculpte son visage de son ciseau cruel. A l'aveuglette, ses pieds foulent posément le sol. Comme un fantôme qui se promène, étrange et blême, l'âme alourdie de ses chaînes, le corps marche et ses reins oscillent. Vous suivez du regard le tortillement gracieux des deux arcs peu prononcés de ses reins. Se dirigeant jusqu'à vous, son corps balance lentement au vent du soir, comme une danse légère d'un pantin translucide. Il puise plus de lumière qu'il n'en faut pour voir et se nourrit d'une blanche lueur dans un éblouissement optique. Tout se dilate et cède à vous.

    Tout son être s'impose à votre curiosité. Ce corps androgyne d'ange asexué vous intrigue. Le mystère qui en émane s'imisce en vous et vous interroge. Et vous le découvrez hagard, fixé à vos yeux si tendres, il pourrait bien par mégarde, d'un ciseau les fendre. Maintenant, déshabillez cette beauté charnelle mais pas trop vite. Sachez le convoiter, le désirer, l'aimer. Ne soyez pas trop pressés, même si le temps fugueur vous y force car vous êtes mortel. Dévorez-le des yeux mais avec retenue pour qu'il, peu à peu, s'y habitue. Sachez l'hypnotiser, le captiver, le charmer et l'envoûter, pour qu'ensuite vous puissiez l'envelopper, le capturer, avec délicatesse, en souplesse et avec doigté. Gardez en secret sa liberté. Dirigez bien vos gestes sur sa peau lactescente, ni trop lents, ni trop lestes, et caressez-le. Appréciez la tiédeur de ses mains et de son corps. Tracez des hyéroglyphes sur sa poitrine et sur ses cuisses. Laissez vos mains vénérer à leur manière la texture de sa peau. Son coeur palpite, accélération du rythme cardiaque : le voilà frémissant devant des milliers d'yeux et offert à votre main experte. Sachez le posséder et le consommer, le consumer. Agissez et touchez mais pas le bout des ailes : un ange, c'est fragile parfois. Alors, quand son petit pantalon dénude son intimité, vous voyez plus bas, encore plus bas, à la naissance des jambes, au seuil de sa personne : sa fleur-sexe qui est celle d'un garçon. Une pudique rougeur couvre son front d'un masque empourpré : c'est l'ardente pénétration de vos yeux qui dénudent.

    Sa peau laiteuse se confond aux neiges éternelles, d'une pâleur originelle et humide par la rosée qui gratifie la fraîcheur des bulbes de muguet. La soie de sa peau a perdu ses éphélides, taches de rousseur qui constellaient autrefois son teint de neige. Vos narines s'emplissent d'un subtil mélange d'arômes, enivrées par les effluves odorantes de sa peau parfumée aux vins de shesmu, à la myrrhe, au natron et à l'essence de rose, qui exaltent votre odorat. Vous contemplez l'étroitesse du corps de cet éphèbe dont la finesse et la souplesse sont dignes de sa passion insufflée par Terpsichore pour la danse classique : des fines jambes interminables, des bras habiles cerclés de bracelets, des hanches saillantes, un ventre tendre à croquer, un petit torse et un cou de cygne. Aimez-vous son petit nombril ? Puis, suivant des yeux les caresses de ses cheveux au vent, votre contemplation s'attarde sur son visage diaphane. Glissant sur sa nuque et tombant sur ses frêles épaules, ses cheveux d'un noir de jais couvrent légèrement son front, voilent ses yeux et sa figure semble rêvetue d'une ombre au dessus de son nez droit et mignon. Il dégage le rideau d'ombre de sa main si frêle en entortillant ses cheveux entre ses doigts fluets et longilignes, et vous lisez sur son visage douceur et harmonie. C'est le reflet des jardins rouges, des hortensias et des roses, sanguines filles des rosiers, que ses joues d'enfant reçurent un don vermeil, flirtant avec l'ivoire de sa peau. Le Petit Prince vous interroge d'un regard morne, intantinet hautain car il possède la supériorité d'un enfant qui comprend mieux la vie que les autres...

    Ambigu jusqu'au fond des yeux, vous vous immergez dans ces yeux étincelants ourlés de longs cils noirs qui lui confère un regard profond. Si on regarde d'assez près ses yeux luisants dans leur écrin de mascara, on pourrait entrevoir les méandres de son cerveau, les parois de son crâne. On se demande alors ce qui se déroule sous ses frémissantes paupières, sous cette mince paroi crânienne, dans cette sphère d'ivoire qui abrite l'étrange cerveau de Lost. Quelles créatures déambulent derrière ces paupières ? Quels spectres agiles lui tapent sur l'épaule et lui arrachent ses faibles gémissements ? Vous êtes ensorcelé par les humides brouillards qui nagent dans ses pupilles ainsi que les émeraudes et la pâleur de ses yeux qui ont la profondeur des océans et des cieux. Il est bien difficile de ne pas faire le saut de l'ange avec délectation dans ce lac smaragdin et s'imprègne en vous une envie de noyade dans ce pétillant ballet d'étoiles, brillantes et insaisissables. Des larmes d'aquarelle, couleurs qui se sont diluées, ont souvent coulé sur ses joues vermeils. Il pleut sur ses pomettes et dans ces gouttes de pluies, eau des nuages, ses peines s'enfuient. Sa fine bouche cerise, veinée de reflets cinabre et alezan sur pulpe rose, souffle sur vous un tiède soupir. Elle est sanctuaire, la plus sacrée des prières, le plus sacré des mystères. Quand sa bouche engendre un mot, on donnerait sa vie pour l'entendre dire les mots les plus tendres. On jalouse même les accents magiques de sa voix cristalline et douce, légèrement éteinte et onctueuse, qui nage lentement vers l'Homme et égale Aœdé ainsi que Calliope et Melpomène. Vous voulez vous jeter à l'eau, plonger dans son coeur océan, et sa voix vous dit tout bas, comme on le fait dans une nuit obscure, qu'il a peur mais il est aussitôt interrompu par le zéphyr. S'en suit le son que font ses dents quand il frissonne. Bercez-le chaudement, il a froid.

    Depuis qu'il ne joue plus avec des soldats de plomb, ne dessine plus de chromos pastels et ne s'endort plus avec un petit pierrot, il a comme abandonné l'innocence immaculée de son âme d'enfant sage. Petit ange que le temps défigure et qui disparaîtra dans la fleur de l'âge en pleine floraison, il semble pourtant s'être enivré de l'alcool d'éternel jeunesse, figé à jamais dans les flots du temps, comme une pendule qui s'est arrêtée. Eternel Peter Pan qui a grandi trop vite, adolescent en ce jour, il évolue car même si le temps du corps s'est arrêté, celui du coeur ne s'arrête jamais. La fleur de Narcisse se noie dans l'eau écarlate de la légendaire fontaine de Jouvence pour une jeunesse immortelle et échapper à la réalité qui assombrit nos coeurs... La mort.

    Mais regardez-le donc, si raide et si vertueux ! Comme il serait facile de faire disparaître de son visage cet air obstiné, de son corps malingre ces visions irritantes... Il sentit son visage se plisser, mais il n'allait pas pleurer ; il n'allait pas pleurer.

    Voilà un portrait sans retouche de l'enfant touché par le doigt de la Muse. Il est belle, il est beau décrié et sa virginité sera son présent. Prenez-le nu dans vos bras et emmener le loin, très loin...


III. CARACTERE :
    C'est un être de contrastes et d'instabilité qui se tient devant vous. Il est l'ambivalence incarnée, écartelé entre deux rives souvent contradictoires. Enfant trop précoce, adolescent trop rêveur, individu trop différent, mystique trop incroyant ou incroyant trop mystique, tout est démesure chez Lost : rien n'y est indifférent.

    Il est une âme encore impubère, nourrie de rêves et blessée par les conflits de l'adolescence : les tourments de l'âme et du corps également..


IV. HISTOIRE :
    F L A S H B A C K ~ 1

    Il était toujours en fuite. Il ne cherchait pas les ennuis. C'est eux qui le trouvaient.
    - Pas si vite, carabosse ! on a quelque chose pour toi.
    - Descends de ton balais, sorcier !
    Et ça finissait toujours mal... Toujours insulté, torturé, parce qu'il était différent.
    - Jette un sort ! Envole-toi !
    Ce jour-là, il en a eu marre. Marre du tourment et des sarcasmes. La coupe était pleine.
    - Bon vent !
    Chaque action engendre une réaction. il en a eu la preuve chez lui.
    - Hein ?! Isobel a fait quoi ?!
    Ses parents ont vu rouge.
    -Ton don n'est pas une arme ! Tu aurais pu tuer quelqu'un ! Et on ne peut pas déménager sans arrêt !
    - Mais ils...
    - Navré monsieur...
    Ils étaient à bout.
    - Ils m'ont agressé !
    - Oui, monsieur. Je comprends que c'est grave.
    - C'est pas ma faute...
    - On a fait toutes les villes du ****. Ca ne peut plus durer... Tu comprends ?!
    Il était à bout.
    - Ils... Ils me traitent... de... sorcier.
    - Parfois, je me demande s'ils n'ont pas raison !
    EMOTIONS... CONTRÔLE... STRESS... non... NON !!
    En un instant, tout fut fini. Ils étaient morts. Isobel était trop jeunepour supporter la pression et pour être seul. Il était glacé d'horreur, il avait anéantir la moitié de sa vie. L'autre moitié, il l'avais enfouie en lui...

    F L A S H B A C K ~ 2

    - Docteur...
    - Oui ?
    - Combien me reste-t-il de temps à vivre ?
    - Qu'est-ce que tu racontes ? Tu as travaillé si dur pour en arriver là. Tu iras très bien.
    Et juste comme ça, avec un sourire.
    - Le docteur a raison. Les enfants qui viennent juste d'avoir 12 ans ne disent pas ce genre de choses.
    Tout le monde lui ment. Il leur est reconnaissant pour leur considération. Mais plus que cela encore, il se demande s'il est une personne si pittoyable...

    [...]

    Il comprend pourquoi il n'a pas d'amis. Se lier avec des gens qui n'ont pas d'avenir est quelque chose qu'ils évitent probablement s'ils le peuvent.

    [...]

    - Isobel ! Il est temps de rentrer. Nous ne pouvons pas risquer de mettre ta santer en danger maintenant.
    - Ok !
    Tout le monde autour de lui le traite avec tellement de délicatesse que cela le rend encore plus seul.
    - Medulla, il est temps de ranger tes jouets. On va rentrer. Medulla Où es-tu, Medulla ? ... Medulla ?

    [...]

    - Oui, veuillez envoyer une équipe de recherche s'il vous plaît... Isobel... Tu devrais te reposer maintenant.
    * Tu aurais même pu dire que je ne peux rien faire pour aider... *
    - Où vas-tu, Isobel ? Tu ne devrais pas courir !

    [...]

    - Heureusement, ce n'était pas trop sérieux. Vous avez beaucoup de chance. Votre fille est très chanceuse. Ce puits est étonnament très profond et de surcroît, l'endroit est très difficile à localiser. Si quelque chose venait à tomber à l'intérieur, nous serions incapables de le récupérer. Mais heureusement, vous avez de la chance et rien de grave ne s'est produit.
    * Quand je pense qu'on aurait pu ne pas la retrouver, j'en ai la chair de poule. *

_________________________
My name isobel
Married to myself
My name isobel
Living by herself.

My legs torn in sadness


Dernière édition par Lost le Mar 25 Sep - 10:11 (2007); édité 2 fois
Revenir en haut
MSN
Publicité








MessagePosté le: Dim 23 Sep - 22:54 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sayael Mejilingard
.:: Damné de Chronos. [ Admin ]


Hors ligne


Messages: 24
Inscrit le: 15 Sep 2007
Union: ~ Streamless
Malédiction: Chronos
Âge: 16 ans
Lignée: Humain
Masculin Taureau (20avr-20mai)
Puissance Magique: 41
Moyenne de points: 1,71

MessagePosté le: Lun 24 Sep - 21:34 (2007)    Sujet du message: L O S T ~ C'est si beau London, quand on s'abandonne... Répondre en citant

L'original et le style est présent, Présentation acceptée ^^ !  

_________________________
"Do you remember what you've promised ?"

[ H U M A N :: C L O C K ]

Become a Needle Hand, who apprehends the end...

"Don't try to play with time..."


Sayael M.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé








MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:15 (2018)    Sujet du message: L O S T ~ C'est si beau London, quand on s'abandonne...

Revenir en haut
L O S T ~ C'est si beau London, quand on s'abandonne...'); return false;">     Email this topic to a friend-->

Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    .:: London Paradox - Index du Forum -> .:: La terre sous les vagues [ H.R ] -> ~ Registre des protagonistes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1
Sauter vers:  


Powered by phpBB © 2001, 2018 The phpBB Group
Themed by aallixSilver © 2002 aallix.com. All rights reserved.
Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Traduction par : phpBB-fr.com