Page Loading... please wait!

The page still does not show? Click here
 

.:: London Paradox - Index du Forum :: FAQ :: Rechercher
MembresMembres  GroupesGroupes  ProfilProfil  Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés  ConnexionConnexion   S’enregistrerS’enregistrer

A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    .:: London Paradox - Index du Forum -> .:: Etablissement " London Paradox " -> ~ Les couloirs et le Hall d'entrée
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sara Crystal Kimbley
.:: Damné de Psycho


Hors ligne


Messages: 7
Inscrit le: 14 Sep 2007
Union: ~ Streamless
Malédiction: Psycho
Lieux fréquentés: Milieu de nulle-part *
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)
Puissance Magique: 11
Moyenne de points: 1,57

MessagePosté le: Mer 19 Sep - 22:21 (2007)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ... Répondre en citant

Sara regardait, hagarde, la berline noire lustrée partir dans un nuage de fumée grisâtre. Elle était encore endormie, mais déjà l'atmosphère autour d'elle la sortait -pour une fois- de sa rêverie. Sa mère était là, dressée près d'elle, aussi lugubre qu'à son habitude, drapée dans un long manteau d'hiver. Silencieuse, elle s'avança vers Sara et pris sa main dans la sienne, aussi gelée que le vent d'hiver qui déplaçait lentement le brouillard londonien, réuni en amas presque compacts à leurs pieds. Elle la traina vers le fond d'une allée, encore endormie et masquée dans la nuit pas tout à fait disparue. Leurs pas claquants sur le sol trouvait leur écho quelque part dans le fond de la ruelle, et revenaient vers elles, de plus en plus proches, toujours plus proches ...

Puis, comme une apparition, elles se retrouvèrent devant une longue, grande et sculpturale porte cochère, gravée comme un portail antique et d'une couleur d'or sombre. D'un air décidé, Lenore posa sa main sur la poignée, essayant vainement de cacher le tremblement incontrollé de la-dite main. Sara observait sa mère d'un air suspicieux et implorant, lui reprochant sa faiblesse de dernière minute, mais voyant en celle-ci l'espoir d'un peut-etre échappatoire. Hélas, elle se reprit vite, secoua la tête énergiquement et ressera sa poigne sur la main de se fille qui soupira.

"Viens."


Un ordre simplement, qui claqua dans l'air, en annonce du grincement srtident qui suivit l'ouverture de la porte. Une vague d'air chaud et de lumière submergea les deux Kimbleys se tenant dehors, qui finirent par entrer comme guidées par la douceur de cette ambiance quasi-divine.

Se retrouvant dans un grand hall marbré au plafond immensément haut par rapport à ce qu'on imaginait de l'extérieur, elles se croyaient presque arrivées dans un autre monde, une autre dimension. Une fontaine dégorgeait au coeur de la pièce une eau translucide, et des brefs ilots de végétation emeraude cachaient les différents coins.


Mais alors que Lenore tournait la tête de gauche à droite dans l'espoir de trouver celle qui les avait menées ici, une voixse fit entendre venant de derrière elle. Contre le mur à gauche de la porte d'entrée, un banc simple, blanc, taillé d'un bloc dans le même marbre que la fontaine et le dallage. Et sur ce banc, un homme, assit à lire un livre à la reliure de cuir violine, pour ce qu'elles en voyait d'ici ...


"Bonjours, mesdemoiselles."

_________________________
Sara C. Kimbley *




I'm nOt the only One, who's Bleeding,
It's underneath my skin, It won't die ...
Revenir en haut
MSN
Publicité








MessagePosté le: Mer 19 Sep - 22:21 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sayael Mejilingard
.:: Damné de Chronos. [ Admin ]


Hors ligne


Messages: 24
Inscrit le: 15 Sep 2007
Union: ~ Streamless
Malédiction: Chronos
Âge: 16 ans
Lignée: Humain
Masculin Taureau (20avr-20mai)
Puissance Magique: 41
Moyenne de points: 1,71

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 21:21 (2007)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ... Répondre en citant

Les maux disparaissaient à l'approche de cette demeure. Sayael était enfin arrivé. Après toutes ces rues empruntées dans son malêtre constant, le jeune homme se retrouvait enfin devant sa nouvelle maison. Mais quelqu'un y était déjà...

Une jeune fille, qui devait-être du même âge que Sayael était accompagné de sa mère. Une incroyable froideur se dégageait des deux personnes, comme s'il était inenvisageable qu'elles restent plus longtemps ensemble. Sayael entama une longue réflexion. Qui-était cette jeune fille ? Etait-elle damnée, comme lui ? D'après ses réflexions personnels, malgré son coeur battant et ce sentiment d'appréhension, il envisagea le fait que ces personnes se trouvent ici n'était pas anodin. L'erreur d'adresse ne pouvait être qu'impossible, car nul autre maison ou édifices ne ressemblait à cette demeure. Il s'approcha un peu plus, toujours avec son pas léger, avant de s'arrêter brusquement, non loin de la voiture, qui devait très certainement être à la dame, la mère de cette fille. Il sentait clairement la cause de ses maux. Ce qu'il y avait de pratique dans cette sensation, c'est que Sayael avait passé un certain moment à les identifier, et qu'il était maintenant presque capable de savoir de quel type d'appareil il s'agissait et où il se trouvait. Les ondes venaient clairement de la voiture, et elle ne pouvait émettre que d'un portable... Etrangement, il ne ressentait aucune présence d'ojet magnétique sur l'adolescente. Sa mère n'avait pas l'intention de prendre de ses nouvelles ? S'il considérait cette possibiité, le fait que le couple parut si froid, si distant s'expliquait parfaitement. Il était maintenant presque sûr que cette solution convenait parfaitement à sa mère.


*Mais à quoi je pense ?*

Il se secoua la tête. Quel horrible tic. Pourquoi fallait-il qu'il cherche à tout savoir de tout le monde ? Pourtant, il n'en ressentait pas la grande nécéssité, du moins pas ici, mais il avait cette habitude, de raisonner, de calculer, de comprendre la situation. Sayael se secoua la tête à nouveau et continua sa lente marche vers l'entrée. Toujours derrière la mère et la fille, il observa vaguement l'environnement de la maison. Les arbres étaient en fleurs et l'herbe bien verte. Pour l'adolescent, cette maison était un peu comme son échappatoire coloré dans cette prison de gris qu'est la ville moderne. Puis, d'une envie qui vint d'un coup, il voulut voir le visage des deux personnes, mais il ne voulait pas vraiment parler avant d'être entré. Il trouvait cela un peu indiscret. L'idée lui vint rapidement. Il leva la main et fit apparaître un cadeau au dessus de sa tête. Celui-ci représentait un cadran d'horloge avec les aiguilles qui défilaient à une vitesse normale. Il fit quelques gestes et murmura un mot, puis observa les aiguilles, qui perdaient en vitesse, jusqu'à presque s'arrêter. C'était le moment. Il marcha normalement vers les personnes qui maintenant étaient presque immobiles. Il se posta et découvrit le visage de la jeune fille. UNe peau pâle, des cheveux sombres, cette fille était un peu plus petite que Sayael et était véti de noir, avec trois chaines étranges à son cou. Mais Sayael ne la trouva pas étrange elle-même, car après tout, dans le domaine il n'était pas mal du tout. Il alla se remettre derrière les personnes avant de réactiver le temps, à vitesse humaine. Le cadran disparut dans un son de cloche qui ne pouvait être audible que pour le jeune adolescent.

Celui-ci jeta un dernier regard à la route, de morne couleur, avant de se retourner et de se demander ce qu'il allait vivre. Après tout, ce n'était qu'un centre qui regrouapit plusieurs "Damnés", mais Sayael avait l'impression que cela cacher bien plus que cette simple apparence. La magnifique Geisha qui lui avait parler avait énoncé un principe d'équivalance. Il avait du lui faire un présent pour savoir de quoi il souffrait. Mais cette information n'était peut-être que mineur pour elle. Exorciser une malédiction, c'est un acte qui doit avoir beaucoup de valeurs. Cela signifiait-il qu'il devrait accomplir des tâches pour la Dame, en vertu de quoi elle pourra lui octroyer la suspension définitive de cette malédiction, qui affaiblit Sayael considérablement contre le monde extérieur...

Il regarda à l'intérieur de la maison, il était observé. Un homme arborant un chapeau bleu nuit s'avançait sur le pas de la porte. Sayael rattrapa les deux dames pour être à la même hauteur qu'elles. L'homme au chapeau leur adressa un sourire et leur dit :


"Bonjour mesdemoiselles."

Et Sayael ne pouvait réprimer un rictus sur son visage...
_________________________
"Do you remember what you've promised ?"

[ H U M A N :: C L O C K ]

Become a Needle Hand, who apprehends the end...

"Don't try to play with time..."


Sayael M.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Alucard Rosenheim
.:: Prêtre des rituels. [ Admin ]


Hors ligne


Messages: 30
Inscrit le: 20 Aoû 2007
Union: ~ Lightless
Lieux fréquentés: Lors qu'il ne s'agit pas de lieux dans l'ombre, il est souvent non loin de la fontaine du Hall.
Âge: inconnue
Lignée: Gancanagh
Masculin Poissons (20fev-20mar) 羊 Chèvre
Puissance Magique: 46
Moyenne de points: 1,53

MessagePosté le: Ven 21 Sep - 20:13 (2007)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ... Répondre en citant

Ce fut deja la fin de l'été, l'automne ne faisait qu'approcher a grands pas. De la même façon que cette saison représente le déclin ainsi que la vieillesse, tous les arbres allaient bientôt perdre peu a peu toutes leurs feuilles.  C'est alors sous une fine pluie froide, que marchait Alucard, il suivait une route semblables a de nombreuses autres routes de Londres, si il suivait celle-ci c'était simplement pour rejoindre l'établissement de London Paradox, depuis le jour où il avait attérit a Londres, il n'avait pas vraiment visiter cette, pourtant, magnifique ville. Peut être que c'était simplement l'envie qui lui manquait. Toujours est il qu'aujourd'hui était pour Alucard un jour particulier. D'apres la prêtresse, selon ses paroles irréfutables, des nouveaux membres arriveraient d'un moment a l'autre. Elle avait précisé que ceux la étaient des " Damnés " et donc qu'il devait prendre certaines précautions. Une certaine inattention pourait amener la destruction même d'une partie de la ville...

Toujours sur cette route, sous la mince pluie de fin d'été une camionnette, qui semblait celle du libraire du quartier non loin de là, heurte de plein fouet une petite fille en anorak rouge. Alucard fut bien evidement témoin de cette scène mais il ne bougea pas pour autant, il regarda un instant ce moment pitoyable puis regarder le sol tout en continuant de marcher et il lança un siflement anonciateur. Il pensait que désormais, cet homme allait devoir vivre avec les conséquences de cet accident. Si celle-ci aura la chance particulière d'avoir survécu, peut être tombera t'elle dans le cauma, ainsi, affublé d'une paternité d'emprunt, le libraire, jusque là introverti et solitaire, commencera donc a reciter a l'enfant plongée dans ce sommeil eternel des textes contenus dans sa mémoire... Pauvre homme qui se sentira affreusement coupable du devenir de la gamine.

Apres cet épisode quelque peu macabre, la fée arriva enfin devant l'établissement recherché. Posé devant l'imense porte sombre, il ouvrit celle-ci sans frapper et sans attentes aucunes, il se posa non loin de l'entrée, sur banc, froid, de marbre. Il avait sortit de sa fine poche un livre, ce livre qui l'avait acheté il y a peu a ce malheureux libraire a présent criminel. Quant a lui, dans une immobilité soudain totale, il retournait entre ses doigts ce livre, ce livre qu'il n'avait prit la peine de lire le titre mais de par sa couleur l'avait attiré. Les couleurs sombres de ce bouquin lui semblait contenir un récit noble et riche en émotion, bien que l'émotion n'est pas réellement ce que recherche Alucard dans la lecture. Il ouvrit alors le livre, étrangement il commença par lire les dernières pages comme pour savoir deja le dénouement de l'histoire. Mais alors qu'il avait jeté ses yeux sur les premières ligne de la fin même du sombre livre, la porte s'ouvrit de manière imédiate, il posa son regard a l'entrée attendant l'arrivée de ces personnes que maintenant il attendait depuis un moment.

Ce fut l'entrée de deux jeunes femmes, l'une semblait bien plus jeune que l'autre, il déduisit donc sans difficulté que ces deux nouvelles personnes étaient mère et fille. Celles, curieuses de trouver quelqu'un, a nouveau la fée avait deviné la nature de leur curiosité et avait bien comprit qu'elles cherchaient bien évidement la fabuleuse prêtresse aux traits, délicieux, de Geisha dont il avait obéit rien que pour comprendre cette mystérieuse beauté que détenait la créature fabuleuse. Etant placé derrière les deux jeunes femmes, Alucard prit l'initiative de prendre la parole afin de marquer sa présence, une salutation pensait il, devrait suffir.
Mais il n'eu pas le temps de prendre la parole, qu'une autre personne entra a son tour dans le hall, un nouveau sourire pu alors se déssiner lentement sur les lèvres de la mystérieuse fée. Ce Damné là était dès plus interessant, a peine il fut rentrée, qu'il montra ses incroyables talents. Le temps se figea, de telle façon que même les gouttes de la fontaine c'étaient arrêtées de couler. Bien que Alucard ne pouvait plus bouger, ni prendre la parole, a cause de ca magnfique don, de par sa nature féerique, le talent de l'humain était plutôt faible sur lui, ainsi il pouvait entendre et voir ce que faisait le jeune homme.

Lorsque le temps reprit son court, il pu enfin prendre la parole.
" Bonjour mesdemoiselles " D'un geste fin et déliquat, il retira son chapeau et s'inclina dignement. Il tourna alors la tête vers le garçon " Tu es toi aussi le bienvenu, mais saches que c'est vraiment malpolit de jouer avec le temps des autres sans leur permition. "
D'un regard et d'un geste, il pointa la fontaine a l'eau fabuleuse, quelsques fines goutelettes tournoyèrent alors autour et le long de son bras pour ensuite tournoyaient tout autour de lui. Il regarda encore une fois les nouveaux venus et continua ses paroles.
" Oui, vous n'êtes pas seuls, vous êtes ô combien nombreux a posséder de tels dons incroyables et fabuleux, mais si ces dons aussi beaux qu'ils peuvent en avoir l'air, ne sont que des roses aux épines mortellement cachées. Sachez qu'il ne s'agit pas d'une bénédiction, mais bien d'une malédiction. Si vous êtes ici c'est pour nous aider et en échange de vos actes nous répondrons favorables a votre voeux le plus chère... "

Il s'aprocha alors de la mère de l'adolescente, il prit sa main pour y déposer un baiser, puis d'un regard a la couleur fambloyante mais pourtant si froid il lui dit sans aucun changement de ton : 
" Il est temps de partir a présent, ceux qui va se passer ici même n'est pas autorisés de tomber dans l'oreille de n'importe qui. Votre fille parmis nous est entre bonne main, ne soyez pas inquiète... " Il s'éloigna d'avantage pour se présenter aux deux intéréssés. " Dans peu de temps, vous allez assister a une cérémonie, aussi étrange que cela puisse être, vous n'avez pas de questions a poser, seulement n'ayez crainte... Je serai moi même le prêtre chargé du rituel... "

_________________________
Veux tu sauver mon monde ? > <


- Comme une éternelle absence de lumière nous nous nommons Lightless -

Petit [ R I E N ], petit [ B O U T ],
de rien du tout...

Suspendu au lit comme une poupée qu'on a desarticulée...


- What awful things happened in the dark... -
Revenir en haut
Gayle Beyer
.:: Damné de Psycho


Hors ligne


Messages: 13
Inscrit le: 21 Sep 2007
Union: ~ Breathless
Malédiction: Psycho
Âge: 19 ans
Lignée: Humaine
Féminin
Puissance Magique: 21
Moyenne de points: 1,62

MessagePosté le: Sam 22 Sep - 12:05 (2007)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ... Répondre en citant

Damnée. Cet adjectif lui plaisait bien, même si il avait quelque chose de péjoratif. Gayle ne se sentait pas réellement à sa place sur cette terre. Et sa tentative pour s'enlever elle même la vie lui avait valu a coup sur une place en enfer. Souffrir comme une damnée. Elle avait connu cette terrible sensation et la ressentait encore aujourd'hui. Se damné pour quelque chose. Elle, c'était pour sa dose de morphine... Bref, ce terme lui convenait parfaitement bien. C'est peut être pour cette raison qu'elle ne s'était pas trop posée de question en venant ici. D'où venait cette beauté qu'elle avait croisé dans ce bois, elle n'en savait rien. Pourquoi elle avait reçu ses pouvoirs, elle n'en savait pas non plus. Mais qu'importe, tous ces évènements l'avaient amené à faire un choix qui lui changerais certainement la vie. Et Gayle était prête à se damner pour connaitre quelque chose de nouveau !

Il lui avait fallu deux jours pour rejoindre la capitale de l'Angleterre. Passant de voitures en voitures, faisant la connaissance malgré elle de conducteurs plus ou moins bien attentionnés, elle s'était renfermée sur elle même un peu plus que d'habitude pour ne pas avoir à rentrer dans leur tête et voir les horreurs qui jalonnaient pour certains leur misérables existences. Elle en avait bien assez vu jusqu'ici. Son dernier bienfaiteur l'avait déposé en plein centre de Londre et elle avait du se débrouiller pour retrouver seule le dit établissement. C'était un mal pour un bien puisque cela lui permit de voir une partie de la ville. L'ambiance était différente de Manchester, plus électrique, plus survoltée, mais ce n'était pas désagréable.

Après avoir fait plusieurs détours, elle fut surprise de se retrouver dans une petite ruelle sombre. Elle qui s'attendait à quelque chose de plus grandiose. D'autant plus que la bruine qui s'était abattue sur la ville donnait à l'endroit un côté plus glauque encore. L'humidité avait rendue ses cheveux plus bouclés qu'ils ne l'étaient et la jeune fille commençait à frissonner. D'appréhension ou de froid, elle n'aurait su le dire...

Gayle finit par se fixer devant la porte. Sa main serra d'avantage son sac calé sur son épaule. Elle laissa son regard parcourir doucement la porte, puis l'immeuble pour finir par jeter un coup d'oeil à droite et à gauche. Le doute qui jusqu'ici n'avait pas fait son apparition, naissait peu à peu en elle. Etait elle folle ? Elle était venue ici, sans l'avis de personne, pas même de ses parents. Elle était venue ici sur les conseils d'une femme qu'elle ne connaissait pas, qui lui avait paru bien plus étrange qu'elle même.

Mais si elle était ici, si sa volonté l'avait poussé a parcourir une partie du pays pour s'engager dans quelque chose qui lui paraissait dingue c'est qu'il y avait quelque part une bonne raison, non ? Ne voulant pas que cette soudaine incertitude en vienne à la faire changer d'avis, elle poussa la porte dans un grincement gênant.

Une fois encore, elle se laissa surprendre par le lieux. Comme si elle rentrait dans un autre monde, la hall était tout bonnement magnifique et lumineux. Elle se serait bien avancé un peu plus dans la pièce si il n'y avait pas eu autant de monde. Elle ne s'était pas attendue à voir quelqu'un d'autre derrière la porte. C'est donc avec un certain sans gêne qu'elle dévisageât de ses yeux bleus les personnes présentes les unes après les autres. Personnes qu'elle trouva toutes plus étranges les unes que les autres.

Deux adolescents, plus jeunes qu'elle. L'un deux était accompagné par ce qui lui semblait être la mère. Et quelqu'un d'autre. Une jeune homme. En tout cas c'est ce qu'elle perçut au premier abord car malgré son visage candide, Gayle devina qu'il ne paraissait pas ce qu'il était réellement. Elle détourna rapidement son regard de ce dernier qui la mettait mal à l'aise pour revenir sur les autres.

"Bonjour..." Dit elle de sa voix grave avec son habituel visage neutre. 

C'est tout ce qu'elle trouva à dire ! 
Revenir en haut
Alexander Ikunen
.:: Damné de Psycho


Hors ligne


Messages: 6
Inscrit le: 21 Sep 2007
Union: ~ Breathless
Malédiction: Psycho
Puissance Magique: 8
Moyenne de points: 1,33

MessagePosté le: Sam 22 Sep - 13:59 (2007)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ... Répondre en citant

*The mind is not a book ... the mind is not a book ...* Alexander se repetait cette phrase d'un livre en boucle depuis qu'il était tombé de son lit ce matin. Comme souvent, sa malédiction avait opérée seule, et avait pénétré au cours de la nuit l'esprit et les songes de son voisin. Il s'était reveillé en sueur et terrifié par les souvenirs de cet ancien résistant mutilé au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Même la douche glacée qu'il prenait tous les matins pour tenter de se reveiller ne suffit à enlever son mal-être et la migraine qui menaçait de s'installer un peu plus à chaque minute. Il avala deux petits cachets blancs en même temps que son bol de café noir, et se traina encore songeur devant sa penderie, cherchant ce qu'il pourrait mettre pour cette journée qui s'annonçait déjà étrange.

Au dos de la carte remise par l'inconnue à leur premier contact, il avait lu une date, quelques chiffres tracés d'une écriture fine et féminine, à l'encre noire. 12.10.07. Soit trois mois exactement après leur rencontre à la table de ce café où il n'avait pas remis les pieds depuis. Trois mois, qui avaient certainement été necessaires pour prendre sa décision. Finalement, la curiosité l'emporta et il s'était levé tôt ce matin, beaucoup trop tôt pour lui, et était à l'heure actuelle planté devant un placard grand ouvert, en pleine hésitation.

Tira de sur un cintre métallique une chemise blanche, attrapant sur les étagères un jean sombre et un t-shirt noir, il s'habilla rapidement, en jettant par la fenêtre un coup d'oeil qui renfonça son moral et son envie de sortir de son appartement chaud et confortable, déjà plutôt bas en eux-mêmes. Dehors, une brume épaisse bloquait la vue, noyant la ville sous une ombre grise, alors que certaines étoiles se découpaient encore dans le ciel de l'aube.

Non, ce n'était certainement pas une heure pour lui.

Pourtant, quand il se retrouva quelques minutes plus tard en bas de son immeuble, resserrant autour de lui le col de son manteau noire, il soupira et s'avoua que d'être levé de si bon matin n'avait pas que des désagréments. La ville était calme, apaisée de son excitation trépidante de la pleine journée
, il n'y avait personne dans les rues, excepté pour les quelques taxis tournant encore dans la ville, les yeux cernées de noir, les traits tirés et les cheveux en bataille. Celui arreté par Alexander parlait anglais avec un accent pakistanais ou indien, très prononcé et le peu qu'Alexander lisait en son coeur suffit à l'empecher de vouloir en savoir plus. Il lui indiqua l'addresse, se cala dans le siège rapiécé tenant lieu de banquette arrière, et ferma les yeux; se repetant comme un mantra sa phrase maitresse ... * The mind is not a book, to be opened at will and examined at leisure ... * L'esprit n'est pas un livre, pour être ouvert à volonté, et examiné à loisir. Une phrase qu'il sefforçait d'appliquer au maximum.

Après une bonne demi-heure de route à travers les ruelles londonniennes, zigzaguant entre les quelques voitures disséminées dans la ville qui se reveillait doucement, Alexander était arrivé à destination, à l'entrée d'une allée lugubre, où il s'enfonça après avoir payé le taxi qui partit sur les chapeaux de roues. Une fois de plus, il referma son col de manteau autour de sa nuque, rejeta vers la gauche la mèche de cheveux qui lui obstruait la vue et s'avança vers la fond de l'allée.

Ses yeux se posèrent sur une porte ouvragée, qui venait depuis peu de se refermer sur deux femmes, à en juger par le parfum lourd et enivrant flottant encore dans l'air. A son tour, il posa la main sur la poignée de cette porte, et la tourna legèrement, avant d'entendre un déclic ouvrant sur une lumière dorée qui éclaira un bref instant la ruelle ...
_________________________
Alexander J. E. Ikunen °


"Et ses yeux avaient tout de la semblance des yeux d'un démon qui rêve ..."




The mind is not a Book, to be opened at Will and examined at Leisure *

- Handle with care -
Revenir en haut
Eileen Unseelie
.:: Damnée de Vamp. [ Admin ]


Hors ligne


Messages: 15
Inscrit le: 16 Sep 2007
Union: ~ Lightless
Malédiction: Vamp
Lieux fréquentés: Sa Boutique de Patisserie Préférée
Âge: 18 ans
Lignée: Humaine
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 羊 Chèvre
Puissance Magique: 26
Moyenne de points: 1,73

MessagePosté le: Sam 22 Sep - 19:58 (2007)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ... Répondre en citant

C’était le moment, enfin pas le bon pour elle, mais il était important d’arriver à l’heure n’est ce pas ? Toujours cette habitude, arrivée à l’heure, aucun intérêt d’après Eileen, l’heure était quelque chose d’indomptable mais aussi d’incompréhensif. Le temps qui passe semble toujours s’arrêter dans les moments les plus dures et continue sa course lorsque que le bonheur vous tend les bras. Ce jour là, son petit bonheur s’était la douce odeur de pluie, le drap qui l’envolerait, plein de chaleur, le sommeil paradoxal dérangé par des rêves, des songes que seules les ombres pouvaient comprendre. Un œil, puis le deuxième, et la surprise de voir que la pluie entrait sans gêne dans la chambre d’hôtel qu’Eileen s’était offerte pour un soir. Le linge du lit commençait à être mouillé, mais son rêve aurait suffit à la réchauffer. Dommage se dit t’elle avec mélancolie. Il fallait se retirer de toute cette tendresse envolée, à présent…

Elle se leva, puis s’appuya sur le lavabo, comme extenué de son premier geste de ce début de journée. Cette pluie incessante, mais habituelle de Londres. De l’eau sur le visage la rafraichit un instant tout en la réveillant, dur de réaliser qu’il était temps de reprendre le quotidien. Elle s’habilla puis décida de se mettre en route pour ce rendez déjà prévu depuis des lustres. Même si pour elle s’était comme un imprévu, drôle de sensation. Un manteau, son fidèle chapeau, des chaussures et sa besace. Eileen s’apprêtait à sortir quand elle se rappela la note posée sur sa table. Ne pas l’oublier. Elle la prit puis fila au rez de chaussé en traversant les étages un à un en trottinant rapidement, manquant une ou deux fois de tomber dans les escaliers.

Elle fit un grand sourire au patron du petit motel de ville qu’il entretenait avec amour, le payait et fila comme le vent à l’épicerie la plus proche. Son ventre appelait à l’aide et Eileen manquerait à son devoir en l’oubliant. La pluie ne perdit pas en intensité et continuait de martelé les routes, les voitures, les passants. Son chapeau la protégeait mais la douce chaleur fût morte aussitôt qu’elle avait passé le pan de la porte, et cela lui manquait plus que jamais. Par chance, Eileen trouva rapidement un petit magasin qui attira tout de suite son attention. Une des rares boulangeries qui laisse une odeur marquante au nez de la jeune fille. Son estomac ne fit que grogner et cela renforça son appétit, ainsi que sa gourmandise légendaire. Aussitôt dit, aussitôt fait, elle ressortit très rapidement avec un petit sac de gourmandise au bras, heureuse de sa trouvaille, elle nota malicieusement l’adresse du magasin. Elle ne manquerait pas d’y retourner. Les pâtisseries lui firent presque oublier qu’elle allait être en retard si elle continuait à se balader ainsi dans toutes les ruelles Londoniennes.

Eileen se prit en main et s’agita vivement auprès de la route pour appeler un taxi aussi vite que possible. Après deux passages de voitures impolis, elle rentra tremper de la tête aux pieds à l’intérieur du véhicule. Heureusement, le breakfast était sain et sauf. Elle indiqua la direction tout en regardant à travers la vitre les gens qui s’empressait avec leurs parapluies.

~ Enfin arrivée… ~

La jeune fille descendit du taxi, remarquant que le chauffeur ne s’était pas trompé et il était arrivé à destination. Elle avait apprécié de voir qu’il lui restait encore à manger quand elle fut devant la porte. Eileen allait pouvoir continuer de grignoter un petit moment, même si elle savait que ça allait énerver certain, surtout un. Mais à qui la faute ? C’était si bon. Ils n’avaient qu’à ne pas inventer de tels péchés, c’est trop dur de résister. Sans trop de gène, elle entra dans le hall, quelques personnes s’y trouvait mais elle ne prêta pas d’attention particulière à qui que ce soit. Ce qui lui valu une première bêtise, une collision non voulu entre elle et son cher partenaire, qui prenait toujours trop de place là où il se trouvait. Comment le reconnu t’elle ? Simplement parce qu’elle le ressentait. Pas besoin de voir, ni entendre, rien de tout cela elle n’avait besoin, c’était comme ça. Quand à ce choc, il fit tomber le reste des pâtisseries d’Eileen, et ça, elle ne l’apprécierait pas…
_________________________
.

Si jamais tu ressentais une profonde tristesse,
J’espère que tu me l’a fera partager.
Je ferai n’importe quoi pour voir ton sourire,
Mon précieux trésor


果敢無い


Dessiner un ve, Mon Etoile ~~


Dernière édition par Eileen Unseelie le Dim 23 Sep - 15:42 (2007); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Sara Crystal Kimbley
.:: Damné de Psycho


Hors ligne


Messages: 7
Inscrit le: 14 Sep 2007
Union: ~ Streamless
Malédiction: Psycho
Lieux fréquentés: Milieu de nulle-part *
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)
Puissance Magique: 11
Moyenne de points: 1,57

MessagePosté le: Sam 22 Sep - 22:02 (2007)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ... Répondre en citant

Sara se sentait mal-à-l'aise et surtout ... seule. Affreusement seule, au milieu de tous ces gens qui semblait débarquer de nulle part, groupés derrière elle. Cet homme étrange leur parlait à chacun, saluant les nouveaux arrivants, de ce même ton aristocratique et courtois qu'il avait employé avec elle et sa mère. Lenore, sa mère, était partie depuis déjà quelques minutes, et Sara en arrivait presque à la regretter. Pour un premier contact avec le monde, depuis tant d'années qu'elle n'était pas sortie, c'était plutôt angoissant, et malgré sa froideur récurente, la présence muette de sa génitrice la rassurait dans un certain sens.

Elle sentit soudainement un parfum enivrant, frais et addictif à la fois, la tirant de ses pensées alors qu'Alucard, ce jeune homme si attirant, lui passait à côté pour aller accueuillir ces nouveaux venus. Elle se tourna sur son passage, et ses yeux croisèrent ceux du jeune homme venant de refermer la porte sur son passage. Elle s'ecarta un peu pour pouvoir mieux l'observer, à moitié cachée derrière le garçon blond à sa droite. Ses cheveux blancs la fascinait, comme s'il était une erreur vivante, une énigme cachée derrière une façade lisse et uniforme. Il semblait observer le monde derrière ses petites lunettes carrées, et Sara suivit son regard se poser sur les 3 autres personnes réunies ici. L'homme étrange, dont émanait une sorte de majesté imposant le respect, le garçon blond derrière lequel elle se cachait, et dont elle ne pouvait voir que les mèches dorées cachant son visage, une jeune femme, sans doute plus âgée qu'eux, se tenant dans un coin près d'une colonnade, l'air sûre d'elle-même, et enfin ... elle. En sentant ses yeux tomber sur elle, Sara ne put retenir le frisson qui glissa lentement, presque vicieusement le long de son épine dorsale.

C'était une sensation très étrange, comme s'il lisait en elle comme dans un livre ouvert. Puis l'inconnu cligna des yeux et détourna le regard, et le charme se brisa. La porte se rouvrant la fit sursauter, et pendant quelques secondes, elle fut saisie par le courant d'air glacé entrant dans ce sanctuaire d'or. Une fille d'à peu près son âge venait d'entrer, regardant les autres d'un petit air timide, essuyant d'un geste les miettes de patisseries collés à ses lèvres et au bout de son nez. Elle aussi était étrange. Sara remarqua au premier coup d'oeil ses cheveux bleus, ses yeux orangés si extraordinaires, sa tenue digne d'un lutin. La jeune fille lui sourit doucement, quand elle se rendit compte du regard posé sur elle, un sourit lumineux dévoilant deux canines longues et pointues qui donnaient à son visage un aspect fantasque.

Sara du cligner des yeux plusieurs fois pour assimiler la situation où elle était, et tenter de s'y adapter. Cet endroit n'était pas normal. Les gens réunis ici n'étaient pas normaux. Et cet homme était tout sauf normal. Mais le pire dans la situation présente était la sensation qui commençait à la torturer en secret, un sentiment encore inconnue qui la prenait dans les entrailles, remontait le long de son épine dorsale, et frappait lourdement dans ses tempes. Elle secoua la tête, aggravant sans le vouloir sa désorientation, et manqua de tomber dans la fontaine à côté d'elle. Elle se rattrapa au bord de justesse, et poussa un petit cri quand elle vit son reflet dans l'eau : ses yeux étaient devenus roses. De nouveau. ...
_________________________
Sara C. Kimbley *




I'm nOt the only One, who's Bleeding,
It's underneath my skin, It won't die ...
Revenir en haut
MSN
Sayael Mejilingard
.:: Damné de Chronos. [ Admin ]


Hors ligne


Messages: 24
Inscrit le: 15 Sep 2007
Union: ~ Streamless
Malédiction: Chronos
Âge: 16 ans
Lignée: Humain
Masculin Taureau (20avr-20mai)
Puissance Magique: 41
Moyenne de points: 1,71

MessagePosté le: Dim 23 Sep - 11:04 (2007)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ... Répondre en citant

*Jouer avec le temps ?*

Pour seul répondre à l'homme, Sayael se contenta de son expression vague et de fixait l'homme dans les yeux.
Tss... Comment cet homme aux si beaux traits pouvait en savoir quelque chose ? Etait-il comme Sayael ? Non, il ne pouvait pas. Ce regard avide curiosité jurait affreusement avec la "réprimande". L'homme au regard d'ambre semblait vouloir en savoir plus long sur Sayael. Mais lui-même ne jouerait pas le jeu. Il observa l'homme au chapeau qui fit tournoyer quelques gouttes autour de son bras. Une démonstration de puissance ? Cherchait-il à impressioner ? Non, ce n'était pas ça. Il tenait ses discours d'une voix au timbre charmeur. Quand la mère de la fille partit, il se radressa à nouveau aux deux adolescents, leur expliquant qu'ils allaient maintenant participer à une cérémonie.

Une cérémonie ? Ce mot piqua la curiosité de Sayael, qui se demandait bien de quoi il retournait. N'allez-t-on vraiment rien leur demander ? Même pas leur noms ? Le jeune homme pensa que le nom devait avoir une certaine importence, pour que le "prêtre" resta muet sur le sien. Une cérémonie avec cette jeune fille... Entendez-t-il qu'il allait avoir un lien avec elle ? Il n'eut pas vraiment le de se répondre car une autre personne entra par la porte, une personne à la voix assez grave, au point que Sayael sursauta quand il vit à qui elle appartenait.


"Bonjour"


Un faible sourire apparut sur le visage de Sayael. Les choses commençaient à devenir intéréssantes. De nouvelles personnes venaient en masse, comme si elles s'étaient passées le mot. Chacune bien différente les unes des autres. Ce qui força le respect, c'est qu'il n'avait rien d'éléctroniques sur eux, et ça, Sayael adorait. L'une avait vraiment tout d'une petite sorcière. Sayael eu un rictus en pensant que certaines personnes affichaient bien leur nature... Et à vrai dire, cette jeune fille avait entièrement raison.
Si l'homme était trop bête pour accepter qu'il y a des allèles à son espèce, alors il méritait aucune attention. Beaucoup de choses se passaient en un temps si limité, que Sayael ne savait plus où donner de la tête. Il observa tant bien que mal les nouveaux arrivants. Une fille, un garçon, puis encore une fille. Tous semblaient bien conscient de l'endroit où ils se trouvaient et ce qu'ils allaient y faire. L'homme au chapeau semblait se réjouir de tout ce petit monde, tout comme il sourit à sa pertenaire qui le heurta, faisant tomber miettes et patisserie entière.

Ce qui intriguait Sayael, ce fut la petite fille aux cheveux bruns qui baissait la tête. Se cachait-elle de quelque chose ? Il la voyait trembler légerement, après avoir ragardé derrière elle. quelle sensation étrange, Sayael avait l'impression d'être le seul à voir la petite fille trembler et se cacher, car personne ne dit mot sur ce sujet. Il se dit que ce ne devait être pas grand chose. Après tout, perdre son foyer, et tout contact avec sa famille, c'est un choc, que Sayael a vécu depuis un bon moment déjà. Maintenant, même s'il se sait loin de ses proches, qu'il affectionne, il se dit petit oiseau qui quitte le foyer pour vivre sa vie.

Beaucoup de gens était présents. Quel genre d'aventures Sayael allait-il vivre ? Quel genre de choses allait-il devoir accomplir pour cette organisation ? Il avait l'impression de mouiller dans quelque chose de grande envergure, mais ce n'était qu'une impression. Il posa son regard sur l'homme au regard d'ambre, le prêtre. Celui-ci était occupé à dévisager tous les arrivants avec un sourire bienveillant.

Se remettant entièrement à l'homme au regard ambré, il dit :


"Je m'en remets totalement à vous, je vous suis..."


Sot est celui qui aurait dit que l'ésothérisme était absent de cette scène...

_________________________
"Do you remember what you've promised ?"

[ H U M A N :: C L O C K ]

Become a Needle Hand, who apprehends the end...

"Don't try to play with time..."


Sayael M.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Alucard Rosenheim
.:: Prêtre des rituels. [ Admin ]


Hors ligne


Messages: 30
Inscrit le: 20 Aoû 2007
Union: ~ Lightless
Lieux fréquentés: Lors qu'il ne s'agit pas de lieux dans l'ombre, il est souvent non loin de la fontaine du Hall.
Âge: inconnue
Lignée: Gancanagh
Masculin Poissons (20fev-20mar) 羊 Chèvre
Puissance Magique: 46
Moyenne de points: 1,53

MessagePosté le: Dim 23 Sep - 13:18 (2007)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ... Répondre en citant

Un monde de plus en plus important commençait a se réunir dans le hall. Ca y'est, tout ce mettais en marche, la prêtresse qui se trouvait dans les bâtiments de l'aile ouest de l'organisation devait, sans nul doute, se satisfaire de cette vision. L'organisation commença deja a se remplir au fur et a mesure bientot de nombreuses union allaient se créer, donnant par la même occasion des forces immenses a la Leanhaun Shee. Alucard n'ayant toujours pas découvert les secrets de la fée aux machiavéliques désseins, continuer a chuter dans le cercle vicieux qu'il était tombé. Maintenant suffisement de personnes étaient arrivées et il devait s'empresser de les amener au fantastique jardin celui ci toujours fleurit que l'hiver soit présente ou non, les cerisiers du jardin iréel était emplit d'une magie féerique. Les pétales de cerisier voleraient donc tout autour de ces jeunes gens bientôt unient d'un liens irréversible et invisible.

Apres avoir prit la parole face aux premiers arrivants, c'était une autre jeune femme qui arriva elle ne donna qu'un signe de vie, une simple et faible salutation d'une voix grave et neutre, ce bonjour ne semblait avoir été dit seulement par politesse. Elle fut suivit pas un autre garçon celui-ci d'un physique plus âgé que le précédent. Ses cheveux encore plus clairs que ceux d'Alucard ce qui lui perturba son attention, comment un simple humain pouvaient posséder des cheveux plus gracieux que les siens ? Il détourna son regard de la curiosité lorsqu'il sentit l'approche d'une aura familière. Le lien inéluctable qui s'était formé entre sa partenaire et lui était devenu assez fort depuis la première cérémonie qu'il avait assisté, où il était lui même l'objet du rituel. Grâce a ce lien dorénavant, il pouvait présentir l'aura de sa partenaire, et plus elle était proche plus il pouvait la sentir présente. Pourtant malgrè ça, il ne bougeait pas et de ce fait, ce qui devait arriver, arriva. La belle petite sorcière, maladroite de nature, heurta la fée a la beauté incomparable. Renversant sur lui et le dallage du Hall d'entrée, nombres gourmandises et sucreries de toutes sortes.

Alors que celle-ci s'effondrait sur lui, et aller se déposer sur le sol froid, Alucard pris sa main pour la relever contre lui. Il y déposa ensuite ses mains sur les épaules de l'adolescente au vêtements semblables a ceux des lutins et autres farfadets et créatures magiques. Il la fixa un instant pour lui annoncer d'un air neutre mais pourtant réconfortant.

" Ne t'ais je pas suffisement dit de faire attention où tu marchais ? "

Il ramassa de sa pale main un pain au chocolat qui s'était retrouvé sur son col, il y croqua un morceau puis l'enfourna dans la bouche de sa partenaire.

" En plus de ça tu manges de nouveaux ces délicieuses cochonneries, on ne te refairas jamais... "

Il lui déposa un simple bisous sur la joue. Lorsqu'il fut surpris par les agissements de la première qui fut venue dans l'établissement de l'organisation. Celle-ci semblait tomber dans la fontaine a l'eau pur mais glacée.

Il voulu alors la rattraper pour éviter l'inévitable, mais de par les dons que lui offrait sa malédiction elle pu se récupérer attend. Ses yeux avaient alors prit une teinture rose, curieusement la jeune adolescente fut surprise de voir la couleur de ses yeux dans le reflet que lui offrait la fontaine. Alucard prit la main de cette fille pour la rassurée. Peut être que de se sentir proche de quelqu'un allait la réconforter.

" Est ce que ça va ? n'ais plus peur, tu n'es pas seule. "

Il réflichit alors un instant, puis lança de nouveau des paroles a l'adresse des nouveaux venus.

" Bien je pense que nous pouvous y aller, veuillez nous suivre, nous allons nous diriger dans les jardins de London Paradox, c'est la bas qu'aura lieux la cérémonie dont vous allez subir les effets... " Un leger sourire sournois sur les lèvres il fit signe de le suivre tout en se dirigeant plus profondément dans les couloirs de l'organisation.
_________________________
Veux tu sauver mon monde ? > <


- Comme une éternelle absence de lumière nous nous nommons Lightless -

Petit [ R I E N ], petit [ B O U T ],
de rien du tout...

Suspendu au lit comme une poupée qu'on a desarticulée...


- What awful things happened in the dark... -
Revenir en haut
Eileen Unseelie
.:: Damnée de Vamp. [ Admin ]


Hors ligne


Messages: 15
Inscrit le: 16 Sep 2007
Union: ~ Lightless
Malédiction: Vamp
Lieux fréquentés: Sa Boutique de Patisserie Préférée
Âge: 18 ans
Lignée: Humaine
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 羊 Chèvre
Puissance Magique: 26
Moyenne de points: 1,73

MessagePosté le: Dim 23 Sep - 16:00 (2007)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ... Répondre en citant

La première chose qu’elle pensa sur le moment, c’était à ses gâteaux, un vrai goinfre dirait-on. Remarquez, elle ne dirait pas non si vous lui disiez qu’elle l’était. Eileen le savait et elle s’en fichait absolument. Ce qui était gênant, c’était de se retrouver le nez par terre, au milieu des pâtisseries alors que vous devez tenir un rôle important dans l’histoire. Quelle belle opposition s’était. Son Chapeau fétiche avait roulé jusqu’au pied d’une autre personne, une ou un inconnu, elle ne savait pas. Avant de commence à sauver son petit gouté, elle rampa sur le sol tel un ver de terre pour aller à la rescousse de son compagnon. Le petit chapeau. Elle prit le chapeau d’un geste vif et quelqu’un vint la relever vivement d’un simple geste pour la remettre sur ses deux pieds, en un équilibre mal assuré. Son partenaire recommençait sa rengaine habituelle. Tu manges trop, fais pas si, fais pas ça, gnagnagnagna… Elle était comme une enfant à écouter les sermons d’un adulte, alors que leur âge devait s’avoisiner. Quel beau parleur, et en plus de cela, il croqua dans SON gâteau ! Non mais oh ! Il avait sali sa pâtisserie de sa bouche trop bavarde et l’avait remit directement dans celle d’Eileen. Il pensait aussi qu’avec un simple baiser sur sa joue rosée, tout allait être pardonné.

Sans gène celui là, mais elle avait l’habitude maintenant, il fallait s’y attendre. Elle voulu riposter mais quelques gémissements sortaient de sa bouche à cause de la sucrerie entre ses dents. Elle remit son chapeau rapidement mangeât en trois bouchés son pain au chocolat et se mit en marche ne dégageant pas son regard d’Alucard, comme obstinée a lui faire payé.

« Hey ! D’abord je fais ce que je veux ! Et puis les bisous c’est pour les gamins alors je m’en passerais ! Fais attention je suis méchante quand je veux ! »

Sa voix résonnait au fin fond de la salle, sans vouloir se faire remarqué elle avait réussi a faire tout le contraire. Elle ronchonna, ne voulant même pas se présenter à qui que ce soit. Eileen se reprit vite, et changea d’attitude. Mais juste pour faire poli…

« Eumm… Bonjour à tous éhé… Je m’appelle Eileen Unseelie, mais appelé moi Eileen j’ai horreur de ce nom de famille, c’est long, et puis ça fait trop Madame. J’espère que vous allez tous bien et que le grand dadet là bas n’a pas été trop insultant ! » Dit-elle en le pointant du doigt pour bien montrer de qui elle parlait.

Elle fit un grand sourire, pleins de miettes autour des lèvres, ce qui avait un certain charme à vrai dire… Puis se frotta les joues, ainsi que toutes sa petite frimousse qui la rendait encore plus charmante aux yeux des adorateurs d’enfants. Et pourtant elle ne faisait pas son âge. Comme si sa croissance s’était stoppée à 11 ans. Dramatique pour certains, exceptionnel pour d’autre. Ce n’est pas pour autant qu’elle était petite, au contraire ! Elle n’aimait pas vraiment être traitée de petite naine… Alors que le garçon qui lui servait de partenaire demandait aux hôtes de le suivre, elle se décida de lui emboiter le pas, comme pour le punir, d’une certaine façon.

« Laisse moi donc passer devant, tu vas faire une bêtise si je ne suis pas là… » Dit Eileen de façon malicieuse et basse, pour que le jeune homme soit l’unique personne à l’entendre.
_________________________
.

Si jamais tu ressentais une profonde tristesse,
J’espère que tu me l’a fera partager.
Je ferai n’importe quoi pour voir ton sourire,
Mon précieux trésor


果敢無い


Dessiner un ve, Mon Etoile ~~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Gayle Beyer
.:: Damné de Psycho


Hors ligne


Messages: 13
Inscrit le: 21 Sep 2007
Union: ~ Breathless
Malédiction: Psycho
Âge: 19 ans
Lignée: Humaine
Féminin
Puissance Magique: 21
Moyenne de points: 1,62

MessagePosté le: Dim 23 Sep - 17:38 (2007)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ... Répondre en citant

Comme des papillons attirés par la lumière, le hall se remplissait à vue d'oeil, voilà que deux autres personnes s'agglutinèrent derrière elle. A croire qu'ils s'étaient tous donnés rendez vous indirectement à la même heure et au même endroit. Coïncidences ? Quelque chose lui disait que ça n'avait rien avoir... Gayle devrait certainement s'y habituer. Se faire à l'idée d'être confrontée à des choses bien plus étranges que de bouger des objets, ou de percevoir le futur. Et cela commençait par les personnes qu'elle allait côtoyer. Un petit bonhomme en chapeau haut de forme, une enfant habillée comme un farfadet et un autre aux cheveux blancs, Gayle se sentie tout d'un coup plus normale qu'elle ne l'aurait cru.

L'ambiance qui lui avait paru tendue jusqu'ici venait d'être perturbée par la petite farfadet avec son entrée des plus remarqués. Cela coupa également le jeux de regard que se lançait chaque personnes et qui commençait réellement à mettre mal à l'aise la jeune femme. Un très discret sourire d'amusement se dessina sur les lèvres de Gayle. Elle fut quelque part soulagé de voir que tout le monde n'avait pas que ces mines sombres et graves. Non pas qu'elle s'attendait à quelque chose d'une grande gaité, mais un peu de fraicheur pouvait toujours servir à calmer quelques ardeurs.

Et l'apprentie sorcière continua dans le social en se présentant la première, comme si cela paraissait normale. Ca l'était surement et Gayle aurait approuvé si la situation dans laquelle tout le monde se trouvait n'était pas justement aussi anormal. La jeune femme n'était pas quelqu'un de foncièrement méfiant à l'égard des personnes. Mais il fallait avouer que tout de suite, elle avait du mal à se détendre et à se sentir en confiance. Elle préféra donc ne rien dire, reprenant sa neutralité, dérangeante pour les autres et si réconfortante pour elle.

Visiblement il était temps de changer d'air. C'est du moins ce que leur fit comprendre Monsieur "regard orangé". Il leur expliqua qu'ils allaient les emmener dans un jardin pour assister à une cérémonie dont ils allaient visiblement être les acteurs. Mais ce qui dérengeât le plus Gayle fut le verbe "subir" qu'il employa. Cela évoqua tout de suite en elle, quelque chose de vraiment contraignant, de choquant voir de blessant. Gayle n'était pas venue ici pour se faire changer en quelque chose qu'elle ne voulait pas. Et si on prenait un peu de recule, tout ceci avait des aires de secte !

Elle posa ses yeux sur le jeune homme au cheveux blancs qui était devant elle. Son regard trahissaient son appréhension grandissante. Elle finit par soupirer et rattrapa en quelques pas leur "Gourou" à côté duquel elle se plaça.

"Excuse moi, mais c'est quoi exactement cette cérémonie ? Elle est censée nous faire quoi ?"

Sa maitrise d'elle même lui avait permis d'avoir une voix assurée et toujours aussi calme. Ce qui n'était pas du tout le cas au fond d'elle.


[ TOPIC LIBERE ; Suite dans Le Jardin des Rituels ]
Revenir en haut
Syn Utalm
.:: Entité féerique


Hors ligne


Messages: 12
Inscrit le: 23 Sep 2007
Lieux fréquentés: Le Jardin des Rituels, Le coin de verdure, partout en communion avec la Nature
Âge: 17
Lignée: Fée
Féminin Lion (24juil-23aoû) 虎 Tigre
Puissance Magique: 19
Moyenne de points: 1,58

MessagePosté le: Dim 23 Sep - 21:18 (2007)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ... Répondre en citant

   Syn traînait avec elle un bien lourd sac de voyages. Il était chargé par une tonne de vêtements, dont la plupart peuvent faire penser à des déguisements, jetés en vrac parmi le reste. Ce dernier se composait essentiellement de quelques bouquins empruntés au frérot, de paquets de tabac, de balles de jonglage, d'un superbe téléphone qui est constamment en train de vibrer et de parfums dont Syn raffole.

   " Tu as hâte d'y être, toi ? " lança-t-elle à son frère, lui jetant un coup d'oeil par-dessus son épaule.
Comme à son habitude, il était derrière elle, comme pour assurer ses arrières, c'était toujours elle qui menait la route, bien qu'elle soit plus petite et plus jeune que lui.
Elle avait une expérience plus pratique de la vie, tandis que son grand frère en était souvent resté à la théorie.
Les sentiments, son frère ne savait que ce qui en était écrit, tandis que Syn avait été de nombreuses fois la confidente de tout le monde.

   " C'est clair, ça ne risque pas de changer notre vie, mais on va sans doute en apprendre pas mal là-bas ! Et si ça ne nous plaît pas... "

   Elle s'arrêta pour se retourner et lui faire face " Si ça ne plaît pas à l'un de nous deux,
alors on fera demi-tour. Il n'y a rien qui nous y retienne spécialement, tu sais... on est indépendants, pas vrai ? "

   Elle parlait beaucoup. Etait-ce dû à la nervosité, à la curiosité, à l'impatience ? Peu importe, elle était troublée par ce changement brusque dans sa vie. Lorsqu'elle avait appris la nouvelle, c'était par le plus grand des hasards, c'est le bouche-à-oreille qui l'avait conduit jusqu'ici. Et soudain, elle doutait. Où était leur place ? Qui le savait ? Elle soupira profondément, et sautilla jusqu'à se trouver devant une grande entrée.

    " Eh bien, il y a du monde à l'intérieur... on dirait que nous ne sommes pas les seuls arrivants. Allez, on tente une entrée, je te couvre ! "

   Elle disait cela avec un petit sourire. Lorsqu'elle franchit la porte, quelques têtes se tournèrent vers elle. Elle s'approcha donc du groupe de personnes et, avec un grand sourire, salua tout le monde d'un signe de tête et de la main. Elle se présenta en tant que Syn, et, sachant que son grand frère ne dirait mot en contact avec ces inconnus qui semblaient tous être humains, en profita pour le présenter aussi

    " Enchantée ! " déclara-t-elle.
Mais son regard s'était déjà posé ailleurs. Elle observait ces grandes portes vitrées, elle parcourut la salle du regard de long en large, puis, ne tenant plus en place, elle se dirigea vers les couloirs, tout en ne s'éloignant pas du Hall d'entrée.
_________________________
Feelings are sleeping in my memory
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Istal Utalm
.:: Entité féerique


Hors ligne


Messages: 10
Inscrit le: 23 Sep 2007
Lieux fréquentés: Les couloirs et le Hall d'entrée, le lieu des Livres Fabuleux
Âge: 22
Lignée: Doppleganger
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Puissance Magique: 17
Moyenne de points: 1,70

MessagePosté le: Dim 23 Sep - 21:26 (2007)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ... Répondre en citant

    Istal suivait Syn de près. Lorsqu'elle se mit à lui parler, il devina ce qu'elle pensait. Il devina à quel point elle était impatiente de connaître ceux qui vivraient aussi là-bas, et qu'à l'intérieur d'elle, de nombreux sentiments s'emmêlaient. Il ferma les yeux et écouta sa voix enjouée, sans lui répondre, car il savait que ce n'était pas la peine. Lui-même portait d'une main, la housse contenant son violon, et un porte-documents de l'autre. Il contenait ses livres de chevet, des feuilles pour écrire, de belles plumes, un stylo-plume ainsi que des crayons pour dessiner, ou noter ses observations.

    C'étaient là ses habitudes. Ils arrivèrent alors tous deux devant l'enceinte de l'organisation, en plein coeur de Londres, cette ville qu'il connaissait bien puisque c'est ici qu'il venait faire ses études, ses parents habitant l'agglomération. Il hocha la tête lorsqu'elle lui fit remarquer qu'il y avait du monde à l'intérieur, entra après elle et, aussi intrigué qu'elle par la beauté des lieux, s'élança dans les couloirs.

   Ceux-ci étaient froids, et sombres, il se posa contre un mur, qui donnait presque l'impression d'être humide, puis il sortit son journal avec sa présentation, au cas où on viendrait la lui demander. Il ne savait pas ce que tous deux devaient faire, il attendrait. Il entendait les conversations dans le Hall, de toute façon.
_________________________
...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé








MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:50 (2018)    Sujet du message: A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ...

Revenir en haut
A travers la fumée et les brouillards, la porte d'ambre ...'); return false;">     Email this topic to a friend-->

Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    .:: London Paradox - Index du Forum -> .:: Etablissement " London Paradox " -> ~ Les couloirs et le Hall d'entrée Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1
Sauter vers:  


Powered by phpBB © 2001, 2018 The phpBB Group
Themed by aallixSilver © 2002 aallix.com. All rights reserved.
Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation Traduction par : phpBB-fr.com